vendredi 18 décembre 2015

Les zombies

Certes les jeunes parents sont souvent assimilés à des zombies à cause du manque de sommeil, mais la raison de ce billet est tout autre. Avec la reprise de la série à succès « The walking dead » et l’engouement qu’elle génère, je me suis dit que ça serait pas mal de faire un petit tour d’horizon du paysage de l’offre zombiesque dans l’industrie du divertissement. En effet, beaucoup de gens découvrent en eux une passion insoupçonnée pour la fiction de zombies grâce à cette série grand public. Il est grand temps de lever le voile sur des titres un peu plus underground (ou pas, d’ailleurs, mais en tous cas plus légitimes) qui sauront assurément satisfaire cette horde de nouveaux fans survivalistes !



Au cinéma


Les films de George A. Roméro

Figure incontournable du cinéma de Zombies, George A.Roméro a signé la plupart des plus grands titres du genre. De la nuit des morts vivants  au vestige des morts vivants en passant par Zombie, le jour des morts vivants ou plus récemment le territoire des morts ou chronique des morts vivants sa filmographie embrasse des titres de références allant du vieux classique (1968) au film moderne (2009). Si vous ne connaissez pas ses films (ce dont je doute puisque ce sont des classiques fondateurs), précipitez vous pour les découvrir et vous comprendrez d’où viennent toutes les idées que vous voyez un peu partout dans les réalisations modernes sur les zombies, que ce soit dans le domaine du cinéma, de la série TV, de la BD ou du jeu vidéo.




Dellamorte Dellamore de Michele Soavi.

Fancesco Dellamorte est le gardien d’un cimetière un peu particulier. En effet tous les cadavres qui y sont enterrés se réveillent au bout de 7 jours. Son rôle, en plus de celui de gardien classique, est donc de faire en sorte que ceux-ci retournent dans leurs tombes immédiatement après leur réveil.
Extraordinaire film de morts vivants librement inspiré d’un roman de Tiziano Sclavi (également l’auteur de la bande  dessinée Dylan Dog dont nous parlerons plus tard), ce film Italien est doté d’une réalisation et d’un héritage culturel de rêve. Le personnage principal est joué par Ruppert Everett, ce qui est un clin d’œil plus qu'appuyé à la série Dylan Dog du même auteur. De par ses auteurs et son casting, ce film est bourré de références à la culture du Zombie Italien. Absolument incontournable pour tout fan de zombies (et de poésie), ce film mérite sans aucune négociation possible le titre de chef d’œuvre du cinéma.




28 jours plus tard et 28 semaines plus tard.


Ces deux films sortent du lot dans le sens où ils ont grandement contribué à poser les règles des histoires de zombies « modernes ». En effet, sans eux, point de « walking dead » ou de « Zombi U » : ces deux œuvres étant directement inspirées de ces deux films. Walking dead a souvent été taxé de plagiat à l’encontre de 28 jours plus tard et c’est plutôt mérité : La bande dessinée de Walking dead n‘aurait sans doute jamais vu le jour si l’auteur n’avait pas été marqué par 28 jours plus tard à sa sortie. Le scenario de départ est absolument identique, un véritable copié collé. Walking dead étant une série plus longue, elle parvient tout de même au bout d’un moment à trouver sa voie et à s’éloigner de l’original.

Le héro se réveille dans sa chambre d’hôpital, dans une ville fantôme. 

28 jours plus tard est aussi une des rares histoires à montrer le début de l'infestation, en utilisant la seule explication possible : les zombis courent de façon très véloce.
Notez que le premier film 28 jours plus tard est réalisé par Dany Boyle : cette information à elle seule devrait finir de vous convaincre de découvrir ces films.


parents zombis

Le règne du feu


Pas vraiment un film de Zombies, le règne du feu a toutefois totalement sa place ici. En effet, ce film post apocalyptique qui se déroule en Angleterre (et en grande partie à Londres) possède une narration en tous points identique à un classique film de zombies. Seule différence, les morts vivants sont ici remplacés par des dragons. D’une réalisation exceptionnelle et d’un casting incroyable (Christian Bale,  Matthew Mcconaughey et Gerard Butler dans le même film, on se croirait dans un rêve), ce film ovni a tous les éléments pour ravir les survivalistes en herbe. Indispensable.




En bandes dessinées


The Walking Dead

Bien avant d’être une série grand public, The walking dead était une bande dessinée américaine, un « comic » comme disent les jeunes. Si la trame principale est plus ou moins similaire à celle de la série, il y a tout de même de nombreuses différences entre l’œuvre originale et son adaptation TV. Bien entendu, la bande dessinée est bien plus rude, le téléspectateur moyen ne devant pas être choqué (audience, audience !) Les personnages ne sont pas non plus les mêmes : Daryl et son frère Merle sont des pures créations des scénaristes de la série, et la plupart des personnages vivent ou meurent différemment, à des moments qui n’ont rien à voir. Inutile donc de vous lancer dans la lecture de la BD pour savoir si votre personnage préféré va mourir : Il est peut être déjà mort, il vivra peut être jusqu’à la fin de la BD alors que l’acteur de la série aura décidé de se barrer ou pire : il n’a peut être jamais existé.
En revanche si vous souhaitez aborder la série sous un autre angle (l’angle original de surcroît) avec une narration bien plus rapide et efficace (pas d’obligation de traîner en longueur pour profiter le plus possible du succès), je vous conseille de vous pencher sur cette bande dessinée qui est, l’air de rien, bien sympathique.





Dylan Dog

Grand classique du Fumetto, Dylan Dog a été lue par des milliers de petits italiens pendant que nous n’avions que placid et muzo poche (par ailleurs excellent dans son genre) à nous mettre sous la dent. La culture de l’histoire d’épouvante a toujours eu une grande importance en Italie (Dario Argento, Lucio Fulci...) , et c’est ce qui explique que pas mal de films et de BD de ce genre viennent de ce pays. Dylan Dog est une BD qui sortait en kiosques (c’est peut être toujours le cas mais à vrai dire je n’en sais rien du tout) et qui a été parfois traduite et éditée en France. Chaque nouvel épisode était un peu délirant, effrayant, poétique et bizarre à la fois. Dylan Dog est vraiment une œuvre unique, est la BD est à des années lumières de l’adaptation cinématographique qui en a été faite récemment. Si vous désirez retrouver une ambiance qui se rapproche réellement de Dylan Dog sur un écran, tournez vous donc vers le superbe Dellamorte Dellamore du même auteur : vous ne serez pas décu(e).




En jeux vidéos 


Resident Evil / Biohazard

Probablement la série de zombies la plus célèbre dans le monde du jeu vidéo, Resident Evil a eu tellement de succès qu’elle a eu droit à bon nombre d’adaptations en films américains. La série de jeux vidéo n’a toutefois rien à voir avec l’adaptation au cinéma. Leur seul point commun : Le titre et le nom de l’entreprise des « méchants ». On retrouve aussi certains personnages, mais honnêtement le lien entre les deux œuvres est très confus.
Cette série de jeu vidéos commence à prendre un peu d’âge (le premier épisode date de la playstation première du nom) mais les nouveaux épisodes sortent toujours sur les consoles modernes. Le concept s’essouffle au fur et à mesure du temps et les derniers épisodes en date sur les consoles de salon  ont bien du mal à rivaliser avec leurs ancêtres (les meilleurs opus dans leur meilleure version étant les 3 premiers épisodes sur Playstation, Code Veronica sur Dreamcast et les épisodes Resident Evil 4, resident Evil et Resident Evil zéro sur Gamecube). Pour pouvoir profiter pleinement de l’esprit Resident Evil sur une console d’actualité, il faudra vous tourner vers la 3DS qui avec L’épisode « Revelation » est la seule plateforme à pouvoir se vanter de proposer un opus digne de la saga originale (ce dernier a d’ailleurs été par la suite porté sur les consoles de salon, mais l’intérêt d’une telle démarche est tout de même discutable). Rien ne vous empêche toutefois de vous tourner vers les anciens jeux , le meilleur pour débuter l’expérience étant  mon sens « Resident Evil » sur gamecube : flippant à souhait et doté d’une réalisation à couper le souffle. Et en plus, c’est le premier épisode !




Zombi U

Pour la sortie de la merveilleuse console pleine de promesse Wii U  de Nintendo, Ubisoft a décidé de faire les choses en grand en proposant aux primo-acquéreurs leur excellent titre Zombie U. Derrière ce titre pas très inspiré (pour ne par dire franchement naze : vive le marketing !) se cache un des meilleurs jeux de zombies auquel il m’est été donné de jouer depuis… Toujours ! Largement inspiré de 28 jours plus tard, le jeu se déroule à Londres, dans un futur post apocalyptique où seuls de nombreux zombies sillonnent les rues de la ville. On y joue un survivant qui essaie de se débrouiller comme il peut pour s’en sortir, avec les quelques armes et vivres qu’il arrive à récupérer aux alentours de sa planque. Ici, pas de vies ou de continue : si votre survivant meurt, il faudra recommencer avec un nouveau personnage. Tout votre inventaire sera alors perdu, et la seule façon de le récupérer sera de retrouver le zombie de votre précédent joueur pour le dépouiller de vos affaires… Et ça ne marche qu’une fois. Deux morts consécutives et tout est perdu ! Ce jeu absolument terrifiant et si bien réalisé que j’angoisse à chaque fois que j’envisage de reprendre une partie. Très éprouvant, il n’est à conseiller qu’à ceux ou celles qui ont vraiment envie de vivre l’expérience Zombie de façon très réaliste.




House of the Dead

On va terminer le chapitre des jeux vidéos avec une note de fun. House of the dead est en effet un « rail shooter » de Sega qui a à mon sens tout à fait sa place auprès des grands noms des jeux vidéos de zombies. Purement arcade,



ce jeu vous met dans la peau d’un policier qui se balade dans des environnements grouillants de zombis. Armé d’un pistolet, vous devez tirer sur presque tout ce qui bouge puisque qu’il vous faudra tout de même éviter les civils.  Tous les épisodes ont été développés sur borne d’arcade avec des flingues, et les adaptations consoles possèdent toutes leur accessoire adapté. Les versions Wii U des épisodes 2, 3 et Overkill sont jouables à la wiimote et sont un véritable régal.  Notez que l’épisode Overkill ,spécifique à la Wii, est doté d’une réalisation plus accès « console » : durée de vie, chapitrage et narration sont donc bien plus adaptés à ce support. La réalisation artistique et les dialogues, très inspirés par l’œuvre de Tarantino, sont succulents.





En séries TV





The Walking Dead

Je ne vais pas rentrer plus longuement dans les détails en ce qui concerne cette série à succès américaine tirée de la bande dessinée du même nom. Tout le monde ici connait « the walking dead ». La sixième saison suit son cours à l’heure ou j’écris ces lignes. Malgré tous les reproches que l’on peut faire à cette série (notamment sur les écarts par rapport à la BD et à sa ressemblance douteuse par rapport à 28 jours plus tards), The walking dead est malgré tout une excellente série TV sur les zombies : Probablement la meilleure après Dead Set, d’ailleurs.  En tous cas une chose est sûre, The Walking dead aura largement contribué à faire connaitre le genre au grand public, pour le meilleur et pour le pire.




Fear The Walking Dead

« Fear the Walking dead » est la nouvelle série tirée de l’univers de The Walking Dead. Clairement destinée à tirer sur la corde des bénéfices engendrés par l’engouement du grand public pour cette nouvelle licence, cette  série largement dispensable est une préquelle à l’histoire principale. Pour les fans.




Dead Set

Dead Set est une mini série Anglaise (5 épisodes pour 145mn en tout) qui pourrait tout à fait être un film découpé en épisodes. Hyper accessible de par sa durée (on trouvera facilement les 2 heures et demi nécessaire à son visionnage), elle l’est beaucoup moins par son ambiance et ses images. Le scenario est très original et plutôt inédit : L’invasion de zombies a lieu en Angleterre de façon plutôt classique. En revanche ce qui l’est moins, c’est que l’histoire est racontée du point de vue d’un groupe de candidats à l’émission « big brother) (l’équivalent de notre « loft story ou secret story » : les protagonistes qui sont les derniers survivants pensent donc que le mutisme de « la voix » est en fait un nouveau défi et sont loin de s’imaginer ce qui se passe au dehors… Je vous en ai déjà trop dit, je vous fais confiance pour découvrir cette série incroyable qui en plus de son côté épouvante propose un deuxième degré de lecture sur la société actuelle et ses dérives télévisuelles et autres. : difficile en effet pour les adeptes de TV-réalité de ne pas se sentir assimilés à ces hordes de zombies qui viennent s’amasser autour des studios de tournage…




L'attaque des titans (Shingeki no Kyojin) 

J’ai gardé cette série pour la fin parce qu’elle est sans conteste la plus qualitative de toutes. L’attaque des titans, tout comme le règne du feu un peu plus haut, n’est pas une série de zombies mais elle a elle aussi tout à fait sa place ici. Pourquoi ? Parce que quand on y regarde d’un peu plus près, c’est une série de zombies, sauf que les zombies sont remplacés par des titans.



Mis à part ce détail, tous les codes du genre sont présents. Les zombies font juste plusieurs mètres de haut, mais tout ce que vous connaissez est là : Ils sont stupides et sans conscience et ils mangent les humains,  enfin, les derniers survivants.  La réalisation est tout à fait exceptionnelle : Le character design, la musique et la qualité de l’animation côtoient presque les standards de qualité exigés par les long métrages d’animation. Cette série est si incroyable que pour ma part je me suis posé la question en la visionnant si il était vraiment nécessaire de continuer à perdre mon temps à regarder des séries US.


Autres


Le folklore créole

Forcément un peu à part de tout ce qui a été évoqué jusqu’ici, je tenais vraiment à évoquer ici les contes et légendes des Antilles qui m’ont accompagné pendant une partie de mon enfance.




Les zombies y sont très présents, ainsi qu’une multitudes d’autres créatures malfaisantes.  Si les enfants du continent sont plus apeurés par les histoires de loups ou d’ogres, ceux des Antilles craignent bien plus les fantômes, démons et autres morts vivants. Très agréables à lire (et ce à tout âge), les contes et légendes des Antilles sont une vraie mine d’or en ce qui concerne la culture Zombiesque.




Zombicide


Pour clore ce billet, je vais évoquer vite fait le très célèbre jeu de plateau « Zombicide » qui cartonne en ce moment. Il s’agit donc d’un jeu de société mettant en scène des survivants en pleine apocalypse : Entourés par une multitude de zombies, le joueur qui les dirige devra tout faire pour éviter qu’ils se fassent infecter. L’originalité de ce jeu est qu’il utilise des figurines en plastique 28 / 32 mm (comme celles utilisées par les jeux Games Workshop) que l’on peut donc peindre si l’on s’en sent capable. L’éditeur sort régulièrement des extensions et des nouvelles boites de figurines à thème pour faire vivre le jeu auprès des fans.



Voilà, ça sera tout pour aujourd'hui. Merci aux rares lecteurs qui seront arrivés jusqu'ici !

11 commentaires:

  1. j'aime toujours autant vos articles passionnés et passionnant alors merci !

    RépondreSupprimer
  2. Tu devrais regarder "in the flesh", c'est l'histoire de Zombies qui sont maquillés et prennent des médicaments pour cacher leur état et être avec leur famille. Je raccourci un peu mais j'avais commencé à regarder quelques épisodes il y a quelque temps et c'était intéressant !

    RépondreSupprimer
  3. Il y aussi la série I Zombie

    RépondreSupprimer
  4. On a Dead Set et Zombicide en commun. Et ceux-là, tu les connais ? http://www.lebarapetitspots.com/2014/11/pop-culture-ma-cure-de-desensibilisation-aux-zombies/

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour, c'est vrai vous pourrez aussi ajouter "in the flesh" série britannique ;)

    RépondreSupprimer
  6. Et flics ou Zombies alors !!!!!!

    RépondreSupprimer
  7. excellent article, merci ! Je rajouterai juste deux titres: un film parodique "Shaun of the dead" merveilleux d'humour et de drôlerie et "La nuit des morts vivants" version 1968, bien plus subtil qu'il n'y parait. Keep calm and kill zombis!

    RépondreSupprimer
  8. Très sympa cette article ! :) :) :)
    Il y a la série I Zombie qui est très sympathique !
    Sinon, en jeu de société, il y a Dead of Winter (entre le jeu de société Battlestar Galactica et la série The Walking Dead).

    RépondreSupprimer
  9. Il y a aussi "Je suis une légende" qui, à mon sens, mérite d'être vu. :)

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour, je viens de tomber sur votre note et moi aussi j'ai une petite série à faire connaitre : Death Valley, il n'y a qu'une saison, mais qu'est ce qu'elle est super !

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour, je viens de tomber sur votre note et moi aussi j'ai une petite série à faire connaitre : Death Valley, il n'y a qu'une saison, mais qu'est ce qu'elle est super !

    RépondreSupprimer