lundi 15 juillet 2013

Les différents types de grossesses gémellaires.

Nous avions vu dans ce post les différences entre les jumeaux dizygotes et monozygotes. Dans celui ci, je vous parlais de l'influence de l'hérédité dans la probabilité d'avoir des jumeaux (il faudrait d'ailleurs que je le refasse celui là, il est un peu vieux, j'étais un papa blogueur débutant). Aujourd'hui nous allons voir les différents types de grossesses gémellaires : Youhou ! Bienvenue en classe de Bio.


La grossesse bichoriale biamniotique

Lors de la grossesse bichoriale biaminotique, les bébés ont chacun leur poche amniotique qui se trouve elle même dans un chorion. On a donc deux chorions, et deux poches amniotiques, d’où le nom.Chaque bébé se développe donc dans un environnement proche de celui d'un singleton... sauf que son frère ou sa sœur est juste à côté à essayer de prendre le plus de place possible.
Avec une telle grossesse, vos jumeaux peuvent être monozygotes ou dizygotes, mais statistiquement c'est la grossesse préférée des couples de jumeaux Dizygotes.



Grossesse monochoriale biamniotique

Je pense que vous avez compris le principe, ici nous sommes en présence d'un chorion dans lequel se trouvent deux poches amniotiques. Pareillement, les jumeaux peuvent être monozygotes ou dizygotes en revanche ici les statistiques s'inversent, on a un peu plus de monozygotes.



Grossesse monochoriale monoamniotique

Là ça ne rigole pas, c'est le cas de grossesse gémellaire le plus rare (1% des grossesses gémellaires monozygotes) : on a un chorion et une poche amniotique. Dans ce cas là, on est sûr d'avoir affaire à des jumeaux monozygotes. En plus la division s'est faite très tard (après 13 jours), donc les jumeaux monozygotes vont vraiment beaucoup se ressembler.



En résumé

Pour les jumeaux monozygotes, le type de placentation dépend du temps que mettra l'embryon à se diviser. Bichoriale biamniotique au début, puis monochoriale biamniotique ensuite et enfin monochoriale monoamniotique si la division est vraiment tardive. Rappelons aussi que plus la division survient tardivement, plus les jumeaux monozygotes se ressembleront.

Dans le cas des jumeaux dizygotes, on sera visiblement dans le cas d'une grossesse bichoriale biaminotique.

De tous ces types de grossesses, la seule qui puisse fournir une certitude sur la zygocité des jumeaux sont les grossesses monochoriales qui prouvent que l'on est en présence d'un couple de jumeaux monozygotes.

Voilà j’espère que ça vous a plu !


19 commentaires:

  1. On en apprend des trucs chez Professeur Cube !
    Bises

    RépondreSupprimer
  2. ahah Poulette Dodue "professeur Cube" ^^ j'aime bien

    RépondreSupprimer
  3. Un truc m'échappe... Ça veut dire qu'a l'échographie, on peut pas forcement savoir si les jumeaux sont mono ou dizygotes? Ou alors j'ai rien compris... Professeur Cube, help!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sauf si c'est une grossesse monochoriale => monozygotes

      Supprimer
  4. Papa Cube, je suis désolée, mais cette explication est erronée. La poche ne se trouve pas à l'intérieur du placenta, il ne prend qu'une place sur le côté de l'utérus, et parfois devant le col de l'utérus, le placenta praevia.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fichtre. J'ai pas tout compris.

      Supprimer
    2. Je disais juste que le placenta n'entoure pas la poche, comme sur les dessins.

      Supprimer
  5. papacube, il y a une erreur :
    mono mono : tous monozygotes !
    bi mono : tous monozygotes !
    bi bi : Si les bébés sont de sexes différents ils sont dizygotes. Si ils sont du même sexe, 30% seront monozygotes et 70% seront dizygotes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok tout le monde a l'air d'accord là dessus, je corrige.
      Mais une lectrice m'avait assuré dans un précédent billet que ils s'implantent trop près l'un de l'autre, les deux placentas peuvent fusionner et la grossesse évolue en version monochoriale biamniotique.Enfin je n'ai pas réussi à trouver d'info allant dans ce sens, je corrige.

      Supprimer
    2. Il se peut que les 2 placentas se rapprochent pour former une seule masse placentaire. Dans ce cas, si la grossesse est détectée un peu tard on peux croire qu'il existe un seul placenta au lieu de 2.

      Supprimer
    3. Ha ben voilà l'explication. Trop fort ;)

      Supprimer
    4. Ici, monochoriale bi-amniotique, on savait dès le départ que ce serait des monozigotes. L'échographiste n'a même pas cherché à voir le sexe du second bébé, un zizi lui a suffi !

      Supprimer
    5. En effet lors de grossesse Mono bi ce sont bien des monozygote . La cas de la masse placentaire est très très rare. et reste dans tous les vas une grossesse Bi bi d'après mon gygy

      LES PLACENTAS FUSIONNES

      Pour une fusion, il faut 2 éléments au départ. C’est une évidence ! On parle ici de jumeaux, ayant obligatoirement des placentas dichoriaux. DZ ou MZ.

      Donc vos 2 placentas.

      Ils se sont implantés, dans l’utérus, en 2 endroits relativement proches. Ils grandissent et évoluent durant la grossesse et il arrive qu’ils se rejoignent et se touchent, pour former une masse. Une masse visible à l’échographie, mais constituée de 2 structures réellement distinctes. C’est ce que les scientifiques qualifient improprement de "fusionnés", et que l’on dira accolés pour employer une autre terminologie. On peut séparer ces 2 parties manuellement, sans devoir couper les tissus organiques au scalpel, lors de l’examen d’anatomo-pathologie (après la naissance). Cet accolement concerne parfois ou assez souvent aussi les poches choriales, dans leurs parties centrales de la cavité utérine (= celles qui ne sont pas en contact avec la paroi du muscle utérin).

      1 ou 2 poches ? toujours 2 poches choriales, et forcément 2 poches amniotiques, pour ce genre de placentas.

      Il n’y a pas de passage de fluides au travers de cette fusion/masse placentaire ou des poches accolées. Il n’y pas non plus de trou ou d’espace sans membrane entre les fœtus. Ils sont toujours séparés par 4 couches de tissus organiques (4 feuillets représentant 2 couches de chorions et 2 couches amniotiques ; l’échographie permet d’en compter 3 à 4 ; c’est alors une membrane "épaisse" de plus de 1,5 mm). Les contacts entre les fœtus existent, au travers de cette membrane. Les placentas ne se sont pas fondus l’un dans l’autre. Cette masse placentaire est plus grosse qu’un placenta unique, c’est exact.

      ***

      Pour illustrer, vous entrecroisez les doigts de vos deux mains , et vous regardez la masse manuelle que cela forme. C’est comme les placentas accolés. Il n’y a pas de passage sanguin dans cet enchevêtrement de doigts et vous pouvez en tout temps séparer sans ciseaux vos mains ;-).

      Vous prenez un tissus de 1,5 mm d’épaisseur, et vous voyez les mouvements que vous pouvez faire avec votre main une fois qu’elle en est recouverte. Et tenter d’attraper votre seconde main —> les jumeaux ont donc bel et bien des contacts au travers de cette membrane "épaisse quadruple couches" !

      Supprimer
  6. Hello papa cube, je rejoins petitelulu. Il y a une erreur en cas de grossesse monochoriale bi amniotique ce sont automatiquement des monozygotes. C'est mon cas en ce moment, j'attends deux garcons, et c'est mon gyneco qui m'a expliqué dans quels cas c'était forcément des monozygotes. Lorsqu'il y a un seul placenta c'est forcément une cellule qui s'est divisée en deux = même sexe et même patrimoine génétique,
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Ici c'était une "bichoriale biamniotique " la plus facile ;)

    RépondreSupprimer
  8. En gros, lorsqu'il y a deux poches amniotiques et deux placentas, ça peut aussi être des monozygotes ?
    Pfff ! Les médecins m'ont affirmé que mes filles étaient "fausses jumelles" pourtant j'avais lu que la seule certitude était dans la différence de sexe.

    RépondreSupprimer