dimanche 24 juillet 2016

Stranger Things




Avant toute chose, sachez que je vais parle ici de la série Stranger Things. Si vous ne l'avez pas vue et que vous souhaitez vous réserver la surprise de la découverte lors de votre premier visionnage, veuillez bien entendu cesser de lire cet article dès maintenant. Si vous l'avez déjà vue et que vous vous en fichez, c'est bon, vous pouvez y aller.


Il y aura donc des Spoilers, vous voilà prévenus.




Stranger Things, pour ceux ou celles qui ne suivent pas, est l'une des toutes nouvelles séries proposées et produites par Netflix. Pour l'instant il n'existe qu'une saison de 8 épisodes (à mon sens le meilleur format qui existe) et en ce moment tout le monde en parle. Les critiques sont unanimes sur la qualité de cette série. Après avoir regardé la bande annonce qui a éveillé en moi des sentiments de nostalgie qui dataient de l'époque à laquelle l'histoire se situe (1983 il me semble), j'ai décidé de la regarder en une journée, comme un très long film.

Une des raisons pour lesquels c'est une série cool (image tirée de la série)


Première constatation : la promesse de retrouver l"ambiance des titres qui nous ont fait tripper étant gamins est tenue.  On retrouve de fort belle manière l'ambiance si chère à notre enfance, celle de Stand By me, les Goonies, Lost boys, E.T... Un groupe d'enfants Américains qui part à l'aventure et qui vit une incroyable aventure, le tout dans un background "années 80" du plus bel effet : on a du mal à résister. C'est bien simple, l'effet madeleine de Proust est tellement puissant que j'avais l'impression, lors du visionnage, d' avoir 12 ans et d'être en train de regarder un film loué avec mes amis du quartier au vidéoclub du coin. C'est pour moi le vrai gros point fort de la série qui est à mon sens incroyablement performante sur ce point là. Effet nostalgie très réussi : les leçons tirées de Spielberg et de Stephen King sont de la partie.

Même l'affiche officielle a été faite dans un style "Drew Struzan".


Deuxième constatation : La série est TRÈS inspirée. On pourra donc au choix être émerveillé, amusé ou même carrément consterné de voir tellement d'éléments repris (ou pillés, là encore au choix suivant le point de vue) dans un nombre incroyable d’œuvres de pop culture de référence.

Les références, inspirations ou autres emprunts (appelez ça comme vous voulez) sont multiples.

- Evidemment, la première qui vient à l'esprit, c'est Akira. Une histoire de scientifiques qui font des expériences sur des enfants enfermés dans leur complexe top secret pour leur faire développer des pouvoirs psychiques, ça ne peut QUE faire penser à Akira.  Ainsi, cette scène ou 011 s'échappe du centre  :


Est identique à celle ci où Testuo s'échappe du centre :


Et notez bien que ça n'est qu'une ressemblance parmi des dizaines et des dizaines.

- Si Stranger Things reprend le très classique thème "monde réel / Monde de l'ombre" commun à de très nombreuses œuvres fantastiques (Zelda a link to the past et Soul reaver, par exemple) c'est bel et bien à Silent Hill que l'on pense immédiatement. Non seulement l'histoire principale est totalement identique, mais les auteurs de Stranger things ont même poussé le vice jusqu'à intégrer la constante pluie de cendres de Silent Hill dans le monde de l'ombre de leur série TV. Cet élément étant clairement une marque de fabrique de Silent Hill, difficile de ne pas y voir un aveux de la part des auteurs : Stranger Things clame lui même être un fils de Silent Hill.


Sérieux, on se croirait dans Silent Hill


- La série est aussi influencée dans une moindre mesure par l'oeuvre de David Lynch et particulièrement Twin Peaks. En effet les deux séries narrent l’enquête d'un policier dans une petite ville des états unis, et les deux faits visiblement quelconques au début de l'histoire s’avéreront avoir une cause surnaturelle extrêmement complexe. L'ambiance de fond est légèrement dans le même esprit.

- Enfin, pour la dernière référence que je citerais, nous allons évoquer Poltergeist puisque l'histoire principale est pratiquement la même. Un groupe de personnages du monde réel vont tenter de ramener un membre de leur famille qui a été enlevé et qui erre dans un monde parallèle bien plus obscur. Les moyens de communications entre les personnages du monde matériel et celui qui a été enlevé sont similaires dans les deux œuvres puisqu'il utilisent des appareils "high tech" comme les radio, les talkie-walkie...

Alors finalement, on en pense quoi de Stranger Things ?

Dans l'ensemble, je dirais qu'il s'agit là d'une très bonne série. Le format en 8 épisodes est tout simplement PARFAIT. Le fait qu'elle arrive en été rajoute un peu de charme, je ne saurais pas expliquer pourquoi mais elle semble être là vraiment au bon moment. Dans la forme vraiment très bien foutue, c'est dans le fond qu'elle pêche parfois à mon sens puisque tous les éléments de son intrigue sont repris d’œuvres déjà existantes. C'est bien simple : TOUT dans Stranger things a déjà été vu et à aucun moment le spectateur adulte n'est surpris. Je sais qu'il est difficile à notre époque de pondre des nouveaux concepts tant tout semble avoir été déjà fait mais puisque par exemple les Japonais arrivent à toujours nous surprendre avec leurs séries d'animation,  pourquoi n'en est-il pas de même avec les séries US ? Les enjeux sont probablement trop importants, et malheureusement Stranger Things soufre un peu du même symptôme que l'épisode 7 de Star Wars : Aucune prise de risque dans une recette finement étudiée et destinée à servir au public visé exactement ce qu'il attend. Malgré cela, l'expérience reste agréable et tout à fait recommandable. Vivement la saison 2 avec j'espère un peu plus d'originalité ! 



lundi 18 juillet 2016

Heure du dodo





Smile Precure / Glitter Force



En ce moment, mes filles sont à donf sur Smile Precure qu'elles ont découvert sur Netflix sous sa forme occidentalisée appelée "Glitter Force". Comme l’arrivée d'un nouveau dessin animé Japonais à la maison est toujours un événement remarquable, j'ai décidé de vous en parler vite fait ici.



Smile Precure, c'est quoi donc ?




Smile Precure est une série d'animation japonaise produite par la Toei. C'est en fait une des séries qui font partie de la grande saga PRETTY CURE. En gros, c'est une série de groupe de Magical Girls à la "Sailor Moon". Ce qu'il faut savoir, c'est que c'est très très bien fait et que ça vaut franchement le coup. Et comme c'est une super série avec beaucoup de fans, le curieux choix de Netflix d'avoir confié la localisation à Saban fait beaucoup de vagues sur le net. En effet, la série "Glitter Force" à laquelle nous avons droit a beaucoup de différences avec la série originale "Smile Precure". Voyons tout ça en détails :

Changement de noms

Les noms des personnages ont tous été revus, comme à la grande époque de la 5 et de AB production.Ainsi, dans Glitter Force :

- Hoshizora Miyuki devient Emily / Glitter Lucky
- Hino Akane devient Kelsey / Glitter Sunny
- Kise Yayoi devient Lily / Glitter Peace
- Midorikawa Nao devient April / Glitter Spring
- Aoki Reika devient Chloé  / Glitter Breeze

Si c'était une pratique très courante dans les années 90, il est vrai que depuis un moment déjà les noms des personnages restent inchangés dans les localisations de dessins animés Japonais. Je comprends que les plus jeunes soient choqués, mais honnêtement j'ai passé ma jeunesse à bouffer du "Nikki Larson" pour Ryo Saeba, du "Rick Hunter" à la place de "Hikaru Ichijô" ou encore du "Olivier Atton" pour "Tsubasa Ōzora". Bref, ça ne m'a pas empêché de profiter de tous ces classiques avec le confort de la traduction.


Changement d' OST

Bon ok, ils ont changé les chansons de Jpop pour de la pop US. Là encore, on a connu ça à notre époque avec... toutes les séries qu'on a découvert via la TV Française : les chansons de Creamy, les chansons de Minmey... tout était doublé et réécrit pour la localisation. Même si je ne doute pas que les originales sont beaucoup mieux (surtout pour les fans de Jpop), les versions US de Saban ne sont pas si mal. Enfin en tous cas, mes filles adorent. Si vous voulez juger par vous même, voilà la version Japonaise qui tue la gueule ("SMILE SMILE !"):



Et la version US/EUR, que je trouve franchement pas trop mal (voir carrément bien) :



Finalement, c'est bien ou pas ?

Honnêtement, je n'ai pas regardé la version originale Smile Precure. J'ai découvert avec intérêt la licence grâce à la version Glitter Force que mes filles ont trouvé en fouillant sur leur interface Netflix. J'imagine qu'il y a pas mal de différences entre les deux versions :dans le ton, l'ambiance, les références culturelles... Alors certes pour les fans ça n'est pas très cool, mais il faut bien penser que Glitter force s'adresse aux enfants. Et les enfant, ça ne regarde pas de dessins animés en Japonais et ça aime bien pouvoir retenir les prénoms de ses héros. Le produit garde sa qualité (qui vaut franchement le coup d'oeil) et je suis vraiment ravi que mes filles intéressent à cette série plutôt qu'à des trucs du style Barbie ou les winx. Malgré les décisions un peu old school de la localisation, pensez qu'elles permettent aux jeunes enfants de découvrir en douceur le monde de l'animation Japonaise. Franchement, est ce que j'aurais un jour découvert Macross sans avoir eu Robotech quand j'étais gamin ? Pas sûr. Et puis une fois de plus, cette localisation ne m'a pas l'air si mal faite. Souvenez vous que quand nous étions gamins, les scénarios des séries étaient carrément changés ! Les morts dans Candy Candy ne mourraient pas mais "partaient à l'étranger", la diffusion de "mon très cher frère" a du être stoppée parce que la localisation n'arrivait plus à se sortir des paradoxes de scénario générés par la censure...
Notez tout de même que la série disponible sur Netflix ne propose que ce qui semble être le premier arc, puisque la série originale compte 48 épisodes. Il existe même un film : espérons que Netflix propose bientôt tout ça en VF pour que mes filles puissent suivre la suite de l'histoire, si possible avec une adaptation un peu plus respectueuse :p !