dimanche 30 septembre 2012

Le Bio et le reste




15 commentaires:

  1. Oui, et les haricot verts Bio de Kenya, ou les radis de Pays-bas, c'est en bateau, tu penses?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben non. L'huile de palme Bio aussi c'est merdique, par exemple : c'est pas parce que c'est bio que c'est bon. Si on veut faire attention c'est beaucoup plus compliqué que "prendre du bio".

      Supprimer
    2. Evidemment que c'est plus compliqué que juste prendre du bio.

      Mais, si on cumule les trucs (pas bio, en avion), ça ne fera pas avancer le schmilblick...

      Pour ma part, je choisis en fonction de l'origine ET du mode de production.

      Par exemple, je vais préférer une pomme avec un label écologique (donc, pas bio) mais de chez nous à une pomme bio qui vient de l'autre bout du monde. Tout est une question d'équilibre...

      Supprimer
    3. Tout à fait. L'agriculture raisonnée du producteur d'à côté de chez nous, c'est très bien par exemple.

      Supprimer
    4. Ca me rappelle, je vais vous recommander la Ferme Du Gally à St-Cyr-l'Ecole (région parisienne, près de Versailles), où vous pouvez acheter vos pommes, pas bio, mais sans autre transport que votre voiture, ils sont aussi respectueux vers l'environnement (je pense qu'ils utilisent un peu de chimie quand même). C'est génial pour y aller avec les enfants, on cueille des pommes, carottes, mais, fleurs, tomates, fruits... plein de trucs, direct sur le champ. A prévoir une bonne demi-journée pour tout voir. Je précise que je ne suis en aucune relation avec la ferme, j'y vais en tant que client...

      Supprimer
    5. Et il y a aussi la ferme de saclay ds le 92 avc une superbe cueillette de fruits et légumes et un magasins avc des produits français. D'ailleurs les yaourts vendus à gallo sont ceux de vilain faut avc le lait des vaches de la ferme.

      Supprimer
  2. Moi c'est pas bio... Mais j'achete des produits qui viennent de ma region si possible.
    Pis le "bio" je rappelle que la terre doit plus être tres bio elle, donc hein je dis ça comme ça. (je vais me prendre des cailloux dans la tête)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là vous avez à la fois vrai et faux : il lui faut 30 ans, à la terre, pour se "re bioiser" après des années de culture intensive. Donc, à moins de tomber sur un type qui aurait reçu en location le jardin de mon grand-père, qui ne met pas d'engrais depuis 50 ans, effectivement il y a des résidus de cochonnerie dedans. Mais il y en a moins que dans du "pas bio".
      Le bio, c'est pas seulement pour le consommateur que c'est bon, c'est beaucoup aussi pour l'exploitant, parce que certains pesticides se sont révélés toxiques pour les agriculteurs qui le manipulaient souvent mais les firmes qui les vendent ne veulent pas le reconnaître. Et puis, si ça vient de l'autre bout du monde, il y a tout le transport qui va polluer. Souvent par bateau, ça ne pollue souvent pas moins que par avion et les conditions de travail du "personnel navigant" sont généralement déplorables. Donc vous avez raison, pour tout ce qui peut se cultiver sous nos latitudes, il vaut mieux ce qui est produit à 2 pas de chez vous mais pas bio que ce qui est produit loin mais bio. Et si vous trouvez un produit qui cumule les 2, c'est tant mieux...

      Supprimer
  3. Le bio ne fait pas vivre plus longtemps. Regardez Bioman, le premier homme bio : il n'a pas survécu aux années 90.

    RépondreSupprimer
  4. pour consommer local, connaissez vous le site "la ruche qui dit oui"? chaque ruche s'arrange avec des producteurs locaux pour s'approvisionner. ensuite chacun commande un peu ce qu'il veut, sans obligation.

    RépondreSupprimer
  5. Rien ne vaut l'AMAP, allez... local et bio (ou au moins raisonné)... comment ça, les places sont chères ?

    Bon, et puis pour le café, le thé, le chocolat, ben... hummmmmm...

    RépondreSupprimer
  6. ben moi j'habite en Vendée, alors les melons je vais les chercher directement à l'entrepôt... bien mûrs, et bien moins chers...

    RépondreSupprimer
  7. Pour avoir vécu plusieurs années en Vendée, une chose est sûre, je risque pas d'acheter leurs melons...

    RépondreSupprimer