lundi 23 juin 2014

Faut-il séparer les jumeaux à l'école ?

Grande question qui se pose forcément à un moment à tous les parents de jumeaux.
Nous avons nous même été confronté à ce choix et nous avons décidé de mettre Rose et Églantine ensemble en petite section. Toutefois, il semble après avoir questionné des parents de multiples scolarisé ou même carrément des multiples que le choix de la séparation ou pas est loin d'être évident.

J'ai longtemps voulu faire un article sur le sujet, mais comme je n'ai pas la science infuse et qu'il y a autant de cas différents que de couples de jumeaux, j'ai préféré recueillir des témoignages de parents qui ont déjà fait le choix de les mettre ensemble ou de les séparer. C'est parti !



Ensemble dès le début de la scolarisation.

Les cas de jumeaux ayant été ensemble pendant toute leur scolarité sont rares, pour des raisons évidentes de choix d'orientation ou de redoublements. Voilà toutefois le témoignage de Cat du blog Cat à strophes sur sa scolarisation avec son frère jusqu'au collège :

 

"J'ai 37 ans (pfff) et un frère jumeau du même âge.
Nous avons été dans la même classe jusqu'en 5ème. En primaire nous n'avions pas vraiment le choix puisque l'école de notre secteur n'avait pas de double classe et que niveau organisation pour mes parents c'était compliqué de nous mettre dans 2 écoles différentes sachant que nous avions aussi une sœur ainée qui a fréquenté la même école que nous.
Mon frère jouait avec les garçons et moi avec les filles, peut-être que le fait que l'on soit de sexe différent ai simplifié la tâche, nous ne jouions jamais ensemble, on ne nous comparait pas. J'étais plutôt celle qui prenait le dessus, j'étais plus grande, plus avenante, moins timide et meilleure à l'école.
Au collège mes parents ont choisi de ne pas nous séparer toujours pour des raisons pratiques, on avait ainsi les mêmes horaires et ça leur aurait évité des allers-retours entre l'école et la maison.
Mon frère galérait à l'école et je pense qu'il a trouvé la comparaison difficile, mon père ne comprenait pas comment l'un d'entre nous pouvait obtenir un 5/20 et l'autre un 15/20 alors que nous avions la même éducation, le même temps pour réviser, le même enseignement, les mêmes profs... sans doute aurait il moins comparé si nous avions été dans des classes différentes.
En 5ème mon frère a redoublé et c'est à partir de ce moment qu'il s'est affirmé au niveau caractère, il s'est plus épanoui.
Ensuite nous n'avons pas fréquenté le même lycée, par contre il a souvent été effacé, quand il a eu son BEP j'ai obtenu mon BAC et sa réussite est passée inaperçue, quand il a eu son BAC j'ai obtenu mon diplôme d'état d'assistante sociale...
Aujourd'hui, il est mon opposé : politiquement, physiquement, mentalement, dans l'éducation de nos enfants etc...."


Les jumeaux dizygotes de Venisse Nigra n'ont jamais été séparés, et ils le vivent très bien :


"Nous avons des jumeaux dizygotes (garçon, fille) de bientôt 6 ans. Ils n'ont jamais été séparés à l'école, et ne sont toujours pas demandeurs de séparation. Ils ont chacun leurs copains copines, parfois les mêmes parfois des différents, et cela se passe très bien comme cela. Ils ont également participé à des stages séparés cet été (à leur demande, mon garçon ne voulant pas faire de danse, et ma fille voulant de la danse mais pas de multi-sport). Je pense que c'est un atout d'avoir toujours une figure connue, un point de repère familier, dans les situations de stress (entrée à l'école, changement de niveau scolaire), alors pourquoi les en priver si cela ne pose aucun handicap pour eux? A la fin de l'année passée (troisième maternelle) nous leur avons demandé s'ils souhaitaient toujours rester ensemble ou aller des deux classes différentes dans la même école, et leur choix a été de rester ensemble. Nous nous poserons la question lorsque cela posera un problème visible dans leur scolarité ou qu'ils seront demandeurs d'une séparation."

Sophie, de Jumeaux&co, a elle aussi décidé de laisser ses enfants ensemble à l'école :

""Ca y est mes jumeaux ont pris le chemin de l'école, c'est à la fois avec un pincement au coeur et un grand soulagement que j'ai fermé la porte de leur classe. Mes bébés sont déjà à l'école !! Ces trois premières années sont passées si vite et en même temps elles ont été si intenses. Il est temps pour eux de découvrir d'autres choses et pour moi d'avoir un peu plus de temps pour moi.

Nous habitons un petit village où les enfants de la maternelle et du CP sont réunis dans une classe unique, la question de les séparer ou non ne s'est pas du tout posée. Ils se retrouvent d'ailleurs dans la même classe que leur sœur qui commence à lire !

Ils n'ont jamais été séparés, ils étaient ensemble à la crèche, avec maman, ils partagent leur chambre et pourtant ils sont particulièrement indépendants. Leur maitre m'a d'ailleurs confié que pour trouver le deuxième il cherchait maintenant à l'endroit opposé du premier. Ils aiment savoir où est leur frère mais jouent avec des amis différents, on des caractères différents et évoluent différemment.

Ce matin je suis restée un peu dans la cour de récréation pour les observer, l'un jouait au ballon et l'autre courait avec deux autres petits garçons. L'un des petits garçons à commencer à secouer Baptiste parce qu'il l'avait bousculé, Antoine est arrivé de nulle part, se pointant devant lui, lui faisant de gros yeux, en s’exclamant "touche pas à mon frèreee !". Je crois qu'ils sont rassurés de se savoir à côté l'un de l'autre, ils sont d'ailleurs ravis de ces premiers jours d'école.

Au fur et à mesure je leur demanderai certainement s'ils veulent débuter une activité musicale ou sportive, s'ils n'ont pas les mêmes envies ils choisiront des choses différentes, s'ils veulent tous les deux faire du tennis par exemple je les laisserai faire aussi.

J'ai beaucoup entendu ou lu de professeurs dire qu'il était préférable de séparer les jumeaux à l'école ou des parents qu'ils souhaitaient les laisser dans la même classe.... comme j'essaye de le répéter sur le site www.jumeauxandco.com que j'anime, pas de stress, pas de règle, observez vos enfants et demandez leur leur avis, chaque enfant et différent, chaque situation est particulière, faites vous confiance et si çà roule ne changez rien.""




Séparés dès le début de la scolarisation.

Nous avons ici le témoignage de Anne-Hélène, qui a choisi de séparer ses jumeaux dès la petite section. Et ça se passe plutôt bien : 

 

"Nos jumelles sont entrées l'année dernière en petite section, chacune dans sa classe, pour plusieurs raisons:
Nous pensons que chacune doit vivre l'expérience de l'école seule, comme tous les autres enfants qui n'ont pas de jumeaux, se faire ses propres amis vivre des moments qui ne leur appartiennent qu'à elles et puis pour avoir plein de choses à se raconter le soir.
Ensuite, l'une de nos filles étant un peu moins sociable, nous voulions qu'elle compte un peu moins sur sa sœur.
En les séparant, nous souhaitions aussi éviter les comparaisons venant des adultes, mais aussi de leur part. Ne faisant pas les mêmes choses, il n'y a pas vraiment de comparaison possible.
Et enfin, nous préférions les séparer tout de suite, en leur disant qu'à l'école c'était comme ça, parce que nous avions peur que ce soit plus dur plus tard.
Au final tout s'est très bien passé, notre petite plus renfermée s'est bien ouverte aux autres, et sa sœur s'est fait aussi plein de copines. Elles ont fait une très bonne année et attendent la moyenne section avec impatience!
Enfin, je suis instit en petite section et j'ai eu dans mes classes des jumeaux, qui se révélaient très différents quand leur frère ou sœur était absent. Je me souviens d'un petit garçon que j'ai découvert quand son frère a eu la varicelle. Il a enfin pris la parole. Un jumeau dans la même classe, même s'il est dans un autre groupe, c'est toujours une béquille je pense. Les séparer, c'est leur permettre de se révéler individuellement.
Mais le secret d'une rentrée réussie restera toujours: des parents détendus, confiants et heureux pour leurs enfants."

Autre témoignage celui de Gaëlle, maman de Violette et Sorën, 3 ans et 1/2 : 



"Séparés, ensembles, séparés... La décision fut longue à prendre. Nous y avions longtemps réfléchi avec mon homme. On avait bien écouté les conseils, lus attentivement les articles consacrés puis, on s'était décidé pour les mettre ensemble la 1e année de maternelle. Ils auront bien le temps d'être séparés... C'était sans compter sur les us et coutumes de l'école ! En juin dernier, lors de la réunion d'information, le directeur et les maîtresses nous avaient plutôt incités à les séparer, et comme un autre couple de jumeaux garçon/fille entraient avec eux et que les parents les séparaient, nous avons finalement plié pour la séparation ! Préparés tout l'été, nos minus étaient fin prêts pour la rentrée. 

Ils sont rentrés sans encombre mercredi matin. Pas une larme, un câlin vite expédié, et pas de séparation déchirante... Bref, du bonheur pour le 1e jour. Hier par contre, Sorën était mi-figue mi-raisin et avait du mal à quitter sa soeur, qui elle était pressée de rejoindre sa classe et sa maitresse. Sorën a beaucoup pleuré hier à la sortie à la garderie, car il ne connaissait pas les ATSEM et sa soeur l'a apparemment longuement réconforté... Aujourd'hui, ce fut moins violent, mais ils ont eu besoin de se retrouver. Ils ont mangé ensemble à la cantine, et mamie qui les a récupéré à la garderie ce soir, les a trouvé côte à côte... Le temps fera son affaire sans doute, mais pour l'heure, c'est un peu dur du côté de mon fils. Violette, petit être très indépendant, a l'air de bien s'acclimater mais prend le temps de ménager son frère, alors, depuis mon bureau, je suis plutôt rassurée. "





Ensemble au début de la scolarisation, puis séparés par la suite.

Pour illustrer ce cas, nous allons lire le témoignage de Cécile du blog 8 à la maison dont les jumeaux ne sont pas dans la même classe (CE2 et CM1). Et pourtant personne n'a redoublé !


"Chez moi les jumeaux, c'est pas des jumeaux. Enfin si, ils sont jumeaux mais bon ils sont avant tout un frère et une sœur du même age. Mais comme ils sont arrivés en 5 et 6 c'était cool de les mettre dans la même classe. Même maîtresse, même cahiers, même rituels etc... histoire que j'y voie clair avec les autres enfants qui n'étaient pas grands. Et puis dans la classe, personne ne savait qu'ils étaient jumeaux.>Et puis en grande section, Jo a appris à lire avec son frère plus grand, et à compter aussi. Il a commencé à s'ennuyer en classe. Et quand la maîtresse a proposé qu'il aille en CP en cours d'année, on s'est dit que c'était pas cool qu'il laisse sa sœur en maternelle. Alors la maîtresse s'est occupée de lui pour l'abreuver, et on a décidé qu'ils seraient séparés en CP, histoire qu'ils puissent prendre de la distance. Jonas a fait 3 jours de CP avant de partir en CE1, et Elise a fait un super CP. ça se passe bien comme ça, ils ont chacun leurs potes, et puis ils n'apprennent pas les mêmes choses au même moment, alors chacun peut raconter ses trucs. Là ils rentrent en CE2 et CM1 et c'est rigolo de les voir s'entraider, se raconter, se chuchoter, se retrouver après l'école."


Delphine, Maman de jumeaux Fille/Garçon de 9 ans (Clélie et Thibault qui entrent en CM1) et d'une "petite" (Héloïse en GS) : cette fois ci les jumeaux sont ensemble jusqu'en primaire.

"Les jumeaux n'ont pas connu la crèche, maman en congé parental jusqu'à leurs 15 mois puis chez la nounou et le papa au foyer.
Leur vrai premier contact en collectivité était donc l'école. Lors de mon premier coup de fil, on m'a informée que l'école ne disposait que de 2 classes (à l'époque les enfants étaient regroupés en P/M et M/G), donc mes enfants seraient ensemble. Est ce que cela me posait un vrai pb ? des inquiétudes ? non, je ne crois pas, je voulais juste qu'ils s'ouvrent aux autres et ne se réfugient pas constamment dans les bras l'un de l'autre. Moins d'une semaine a suffit à convaincre la maîtresse qu'il valait mieux les distinguer : Clélie enfilait les chaussons à son frère ! Un à chaque bout de la pièce, dans deux groupes distincts. Finalement au bout des trois ans de maternelle, tout allait très bien ainsi.
Nouvelle aventure et nouvelle décision à prendre pour l'entrée en primaire : sentant notre fille un peu effacée, un peu en retrait, craignant une comparaison perpétuelle entre les enfants de la part des enseignants ou simplement des enfants entre eux, nous avons souhaité qu'ils soient séparés. Clélie en a un peu souffert, elle avait perdu des ami(e)s, des repères, se retrouvait être petite (elle,, qui aime tant materner les autres), Thibault, à l'inverse, n'en a pas été gêné. On m'a demandé en fin de CP ce que nous souhaitions : "tant que le corps enseignant ne me dira pas qu'il est nécessaire qu'ils soient ensemble, alors nous préférons qu'ils restent séparés." C'est tjrs le cas à ce jour et ils vont très bien ! 
Avantages : 
- peu de comparaisons entre eux, je me mords souvent les doigts, parce qu'inconsciemment c'est nous qui comparons. 
- Des amis communs et des amis distincts, y en aurait il autant s'ils étaient ensemble ?
- F/G , serait ce le même témoignage avec FF ou GG ? 
- connaissance de tous les enseignants de l'école ! Utiliser la leçon de l'un pour aider l'autre.
Inconvénients :
- les voyages scolaires, (à ce jour ils sont tjrs partis ensemble, ouf)
- le mauvais prof (oui... "mauvais" c'est exagéré...)
- J'ai souvent l'impression que la répartition dans les classes aurait été différente s'ils n'avaient pas été jumeaux
- les gros devoirs qui ne tombent pas en même temps !

Pour l'avenir, le collège en l'occurence, je ne les forcerai pas à choisir des options différentes. Ils feront comme ils voudront, et s'ils sont ensemble, tant mieux !"

Voilà maintenant le cas de Maëlle et Léane raconté par leur papa Hervé. Ensemble, séparées puis de nouveau réunies, ces deux sœurs là ont vécu une année de grande section un peu difficile.


"Pour nous, enfin, pour moi et ma moitié, parents de Maëlle et Léane, nos jumelles, la questions se pose et se repose telle une redondance cyclique entêtante, et cela depuis les premiers gazouillis joyeux la journée et franchement ch...t la nuit : On les sépare ou pas...?
Bien.
Je dirais que vu qu'elles ont choisi de naître ensemble, cet indice tendrait à nous laisser supposer que... non, il ne faut pas.
En crèche, la question ne s'est pas posée, on a déjà eu de la chance d'avoir DEUX places... alors. 
Toutefois, la question commence à nous titiller les neurones et projette sur nous l'ombre angoissante d'un futur dont notre responsabilité est l'élément moteur. Et là, tout va très vite.
Première année de maternelle.
Encore une fois, le choix ne s'offre pas à nous, mais cette année est une expérience et est riche en enseignements. Je vous épargnerai ici nos déboires et mésaventures pour n'aller qu à l'essentiel. Elles étaient donc ensemble et nous avons donc pu constater que Maëlle prenait le dessus sur sa sœur, et avait tendance à répondre à sa place aux questions posées par le maître.
Chez les moyens, et forts de cette expérience, nous décidons de les laisser ensemble mais dans deux groupes de travail différents. L'année passe sans pépins majeurs.
En grande section, nous franchissons une étape et les mettons dans deux classes distinctes. Maëlle a changé plusieurs fois de maîtresses car la "régulière" attendait un heureux événement. Et Léane s'est retrouvée avec une peau de vache qui n'avait pas choisis le bon métier... Elle aurait du faire instructrice à l'armée. Bref, on s'en est mordu les doigts, de notre décision de les séparer. Léane a eu beaucoup de mal à se remettre de cette année, il en résulte un gros manque de confiance en elle. Elle ne cessait d'être rabaissée par cette ....
CP
On les remets ensemble, à deux, on est plus fort.
L'enseignante était géniale et a contribué, selon moi, à redonner confiance en elle à Léane.  
Rien à dire. J'ai participé un peu aux activités sportives de la classe et ai pu apprécier le coté pratique des devoirs identiques pour les deux filles. Ça, je dirais que c'est un vrai plus. de même pour le coté logistique. Ma femme a des horaires "normales", moi, je suis "posté" et ce n'est pas tous les jours simple.Donc ce qui nous simplifie la vie est le bienvenue.
Cette rentrée, c'est donc le CE1, avec son lot de nouvelles aventures. Elles sont ensemble. On verra bien, je reste zen.
Pour conclure, je dirais que chaque cas est unique... doublement même, car pas mal de facteur sont à prendre en compte. Et le jour de la rentrée, tous les éléments ne sont pas en notre possession. C'est donc une loterie, en gros. Je l'ai vécu comme ça.
On les mets donc à l'école ensemble, et leurs activités extra-scolaires sont séparées. L'une fait de la danse classique, et l'autre du tennis. Ça compense pour leur autonomie."

Prune du blog "Des vertes et des pas mûres" nous fait part de son expérience avec ses jumeaux dizygotes garçon/fille  :


" Sept 2007 : les twins ont 2 ans et demi ! Chouette cette année l’école accueille des Toutes Petites Sections. TwinBoy et TwinGirl seront donc dans la même classe, on ne se pose pas de questions.
Juin 2008 - 11h30 : la directrice me convoque et m’explique qu’ils serait bon que les enfants soient séparés car notre fille prend beaucoup de place etc… Moi j’écoute, j’opine du bonnet, j’ai tendance à faire confiance aux pros qui accompagnent nos enfants.
Même jour Juin 2008 - 16h30 :
la directrice me convoque et m’explique qu’ils ont fait la répartition des classes à midi et que finalement ils ont réfléchi et qu’ils vont laisser les jumeaux ensemble car quand même ils sont encore petits et blablabla… Là je doute quand même un peu du bien fondé de la décision ! Mais comme je ne suis pas casse pieds et que les kids ne sont pas fusionnels et sont faux jumeaux garçons filles, je ne vois pas d’inconvénients à ce qu’ils soient encore dans la même classe en Petite Section… si en plus ça arrange les instits. Bref
Sept 2009 
: rentrée de Moyenne Section. Cette année, les crapouilles seront séparées. La directrice me demande ce que j’en pense. Après deux années passées ensemble, il me semble qu’il est bon que chacun vive sa vie. A cette époque TwinGirl prend beaucoup de place et on ne s’occupe pas de TwinBoy qui ne peut en placer une puisque sa sœur raconte tout avant lui ! C’est donc très bien qu’ils aient chacun leur univers.
Sept 2010 : Grande Section séparés.

Puisque Papa Cube me donne l’opportunité de dire ce que je pense :

 
1- il n’y a pas de lois, de règles même si le corps enseignant prône le plus souvent la séparation des enfants…
2- tout dépend du fonctionnement de la paire et là les parents sont à même de juger à la rentrée de Petite Section.
3- ne pas se laisser si possible trop influencer par les instits qui nous laisse penser qu’elles connaissent à fond la psychologie gémellaire. Essayer d’être un maximum partenaire avec l’école pour bien discuter en ne pas se laisser imposer des choses qu’on ne sent pas… Pas toujours évident quand on est tout jeune parents…
4- se faire confiance à nous parents dans ce choix là et être serein avant le Jour J. Ce ne serait pas malin de communiquer du stress à nos choux.
5- Enfin si tout les choix sont faits avec beaucoup d’amour et bien accompagnés alors tout ira bien… Bonne rentrée ! "

Séparés au début de la scolarisation, puis réunis par la suite.



Voici le cas intéressant de Léonie du blog Les bouquins de Léonie et Auteur du livre "J'attends des jumeaux, Au secours ?" dont les filles ont été séparées dès le début de la scolarisation par choix, puis réunies par contrainte pour être finalement séparées de nouveau après ce test pas très heureux. 

"mes filles ont 7 ans, jumelles monozygotes. Autant dire que les réflexions blessantes, parfois pas très recherchées, elles connaissent.
Nous les avons toujours considérées comme des sœurs, oubliant souvent qu'elles étaient jumelles (je vous rassure, l'entourage vous le rappelle illico presto).
Après avoir passé 6 mois avec maman, 6 mois chez la nounou, puis 2 ans gardées 2 jours par semaine seulement (je suis instit', je bossais à mi-temps, donc deux jours par semaine), nous avons décidé de les séparer en petite section. La séparation s'est bien passé, je pense que c'était clair dans nos têtes : pour nous, elles sont en permanence comparées, auscultées, et les garder ensemble aurait été contre-productif.
Le seul point noir, de taille pour certains, a été la différence d'apprentissage et d'objectifs scolaires, bien différents d'une maîtresse à l'autre. Ceci dit, les filles passaient du temps ensemble en récréation, à la cantine, à la couchette, puis tous les jours après 16h30, tous les mercredis, week-ends et vacances. Bref, je vous laisse compter le nombre d'heures de séparation, et le nombre d'heures restantes pour se taper dessus s'amuser ensemble.

Nous avons eu la preuve que la séparation à l'école était bénéfique pour nos filles l'année suivante, car nous avons changé d'école et les filles étaient obligées d'être en moyenne section ensemble.
Elles ont passé une super année. Elles ont bien rigolé.
Les instits (classe de la directrice avec des jours de décharge et plein de petites stagiaires qui complètent le poste, toutes neuves, toutes fraîches), ont fini l'année chauves, à force de s'arracher les cheveux.
Quant à nous, nous avons vécu l'enfer : elles finissaient les phrases de la sœur (qui détestait ça et hurlait, miam les conversations intéressantes), elles rapportaient ce que l'autre avait dit ou fait en classe, sans parler des jalousies et histoires de filles permanentes.

Alors dès que nous avons pu, nous les avons séparées à nouveau.

Et même si rien n'est parfait, je pense vraiment que laisser des enfants jumeaux ensemble est plus facile pour les parents. Je peux le comprendre, mais je pense qu'à long terme, ce n'est pas bénéfique pour les enfants.
Et ma casquette d'instit confirme, les enfants jumeaux séparés sont souvent plus dégourdis scolairement (et au niveau du langage aussi)."


Et les triplés ?

Pour illustrer le cas des triplés,Emmanuelle nous fait part de son expérience avec ses deux sœurs. 

"Nous, on a été ensemble en 1ère section de maternelle, puis 2 ensemble en 2ème section, puis toutes les 3 ensemble en grande section. Je n'en ai pas de souvenir à part pour la moyenne section où j'étais seule et où j'étais un peu perdue. En primaire, on a été toutes les 3 séparées, et j'étais à nouveau perdue. Mes sœurs se faisaient facilement des copains copines, mais moi, j'étais timide, et j'étais perdue sans elles. Toute notre primaire, on a été séparées, et à nouveau la 2ème partie du CM2, on a changé d'école et je me suis retrouvée seule et mes 2 sœurs ensemble. J'étais encore perdue, mais j'avais réussi à me faire 2 3 copines. En 6ème on a été toutes les 3 ensemble, j'étais beaucoup mieux, mais mes sœurs se plaignaient que je les collais. Elles étaient plus indépendantes que moi, avec un plus fort caractère. J'ai été pot de colle avec mes sœurs tout le collège même si on n'était pas dans la même classe, (à part une année où mes sœurs ont redoublé), et après, on a suivi des chemins différents. (BEP CAP lycée)"

Voilà, je pense que l'on a vu pas mal de cas différents, et même si ça ne vous fera pas faire votre choix j’espère que ça participera tout de même un peu à votre décision ;)
Si vous voulez encore plus de témoignages, la discussion s'est beaucoup poursuivie sur la page Facebook du blog avec l'intervention de nombreux parents de multiples. Ça se passe ICI !

vendredi 20 juin 2014

Le super dessin de Anne

Purée de pois chiches, aujourd'hui j'ai reçu un nouveau dessin pour ma rubrique "Papacube vu par d'autres" !

Cette fois ci c'est Anne de Carnet d'étoile qui m'a envoyé un dessin absolument TERRIBLE. Allez zou, pas de suspens, je vous le montre :

Ça tue la gueule.
Si ça c'est pas merveilleux, qu'est ce qui est merveilleux ?!? Je ne vais pas m'en remettre (d'ailleurs je me le suis mis en fond d'écran)



J'en profite pour vous parler un peu de cette exceptionnelle illustratrice, parce que vraiment, elle mérite d'être beaucoup plus connue. Je la connais depuis un moment déjà puisque nous avons travaillé ensemble à l'époque où nous faisions tous les deux du jeu vidéo, et nous étions à côté dans notre open space. C'était vraiment chouette parce que nous pouvions discuter des derniers épisodes de japanime que nous avions vu.



Dernièrement, Anne a ouvert un site pour proposer ses services dans la création de faire parts en tous genres... Et très honnêtement et en toute objectivité il s'agit probablement des plus beaux faire parts de tout l'internet.

Par exemple j'adore celui là, qui en plus d'être superbement illustré est super original puisqu'il se plie pour se transformer en avion :

Ou celui là, dont le style est vachement original :


Ou celui ci absolument TERRIBLE, un faire part de naissance traité comme l'arrivée d'un nouveau personnage au sein d'une équipe de RPG :

Quel talent !
Voilà, n'hésitez pas à aller faire un tour sur son site pour y voir plein d'autres modèles, vous passerez un bon moment à regarder tout ça.

Si vous voulez vous aussi des faire parts créés par Anne, vous pouvez la contacter directement sur le site via le formulaire... Elle tient aussi un blog si vous souhaitez apercevoir d'autres de ses superbes dessins.
Enfin, je ne saurais que trop vous conseiller de "liker" sa page Facebook afin de suivre son actualité et de voir passer ses super dessins dans votre fil d'actus.
Je finis quand même sur le super dessin de GOT qu'elle avait fait pour Pâques histoire de vous motiver encore plus à la rejoindre sur Facebook :


Voilà j'espère que je n'ai pas trop fait le fanboy mais en tous cas j'aime sincèrement beaucoup ce que fait Anne, donc j'espère que ça vous plaira aussi parce que c'est de la très très grande qualité. Yeah !

jeudi 19 juin 2014

La visseuse sans fil Bosch IXO

Depuis que j'ai lu le billet de Till the cat où il frime avec cet outil, je suis terriblement jaloux et j'espère en secret que Bosch me propose de tester leur visseuse sans fil Ixo. En effet, c'est un outil super pratique qu'on utilise tous les jours, un peu comme mon stylo à colle.
Comme je suis nul en suspens, vous avez compris dès le titre que ça y est, enfin, je l'ai, ma visseuse IXO.


La visseuse sans fil Bosch IXO, c'est quoi ?


Bien connu des bricoleurs puisque disponible depuis 2003 (un classique !), ce petit outil propose de remplacer les tournevis dans leur utilisation quotidienne. Sans fil et extrêmement légère (0,3 kg), cette visseuse sans fil (avec une batterie de 3,6V, donc) a tout pour se rendre rapidement indispensable et devenir l'outil chouchou de la maison.



Elle est fournie avec 10 embouts de vissage standards qui se rangent dans son petit socle de rechargement tout mignon. Normalement avec ça vous êtes tranquilles pour un moment mais si vraiment vous êtes joueurs vous pouvez toujours en acheter plein d'autres. Et en plus des embouts de vissage, il y en a plein d'accessoires de disponibles...



Les accessoires pour la visseuse sans fil Bosch IXO.


Il y a plein d'accessoires rigolos (vraiment) pour la IXO. En voilà la liste :

- BBQ : allumeur de braise

- SPICE le moulin à épices

- CUTTER le Xeo de Bosch en un seul outil

- VINO l’ouvre bouteille

Je n'en ai aucun, mais honnêtement ça me plairait bien (surtout le VINO, vu comment je me galère avec mon schtroumpfe-bouchon (ou mon tire-bouschtroumpf, je ne sais plus).

Notez qu'il y a aussi dans les accessoires disponibles un renvoi d'angle et un mandrin excentrique pour pouvoir vraiment accéder partout. La classe.

Le test de la visseuse sans fil Bosch IXO


Maintenant que je l'ai, je vais vous en faire un petit test. Il n'y a pas grand chose à dire sur une visseuse mais celle ci a quand même quelques petites particularités.

Le contenu de la boite

Déjà la présence d'une LED permet d’éclairer ce que l'on est en train de faire. Ce  gadget est vraiment bien vu surtout que vu la petite taille de l'engin on va pouvoir l'utiliser dans des petits recoins.



Les embouts sont aimantés, pas besoin de les visser, clipser ou je ne sais quoi. Impossible de faire plus simple ! On les met simplement sur l'embout.


Il est bien entendu possible d'inverser le sens du moteur en sélectionnant un petit switch. près de la gâchette :


Mais le truc hyper cool, c'est qu'une flèche lumineuse indique le sens qui est sélectionné ! Ça a l'air tout b^te mais au moins on sait quand on est en mode vissage ou dévissage. MERVEILLEUX !



Voilà, en bref, c'est du tout bon. Cette visseuse qui a déjà largement fait ses preuves dans de nombreux foyers a vite trouvé sa place ici et reste toujours à portée de main.







Ixolino, pour les enfants.


Si vous êtes venus traîner sur ce blog, c'est soit que vous cherchiez des infos sur la IXO soit que vous avez des enfants. Notez donc qu'il existe une réplique jouet de la visseuse IXO, la Ixolino qui ravira forcément les enfants de bricoleurs. 

Il y a même un combo IXO / Ixolino
La réplique est vraiment parfaite, on dirait une vrai. La taille a toutefois été ajustée pour les petites mains.


Elle fonctionne avec 2 piles lr03 aaa, elle visse et dévisse et elle a même la LED pour éclairer comme la grande ! Elle est bien évidement compatible avec tous les jouets de la gamme bosch mini qui permettent aux enfants de faire comme les parents. 


Produit offert par la marque pour test

lundi 16 juin 2014

Idée cadeau de fin d'année pour les instits : Les Griottes.

Tous les ans, à la fin de l'année, c'est toujours un peu la galère pour trouver un cadeau original pour les instits, maîtres, maîtresses et autres ATSEM. Cette année, ça a été beaucoup plus facile puisque j'ai reçu un mail de la société "Les Griottes" me proposant de tester leurs services de personnalisation destinés à ce types de cadeaux.

Ça fonctionne aussi quand c'est leur tour d’amener la collation. 

Les Griottes, c'est une marque spécialisée dans la personnalisation de matériel scolaire, toujours dans le bon goût. Vous avez peut être déjà entendu parler de leurs cartables Tan's, mais aujourd'hui je vais vous parler de leur offre "trousses" puisque c'est celle ci que j'ai eu l'occasion de recevoir à la maison.


Les filles ont choisi le modèle, les motifs, le tissu,  les couleurs, le genre de typo et le message sur le site internet de la marque. Il y a tellement de choix (liberty, vintage, unie, pois...) que ça donnerait presque le vertige, c'est merveilleux !

Étonnant

Contre toute attente, les filles ont choisi des modèles roses, violets et liberty.  Avec une typo "à la main" :

C'est beau.

Je me demandais si dans le cas de multiples dans la même classe, la signature avec plusieurs prénoms passerait. Verdict : ça passe sans problèmes, et ça c'est VRAIMENT cool.  Sachez le si vous avez deux enfants dans la même classe, vous n'aurez pas besoin d'investir dans deux trousses.

Dans le modèle que nous avons choisi, le tissu liberty est très joli, tout l'intérieur de la trousse est fait avec.


Les finitions sont nickel, rien à redire sur la qualité.

Liberty !

Au niveau de l'impression, c'est aussi très joli et ça devrait bien tenir. Il y a une petite notice qui donne la marche à suivre pour l'entretien :

- Lavage à 30°
- Sèche linge déconseillé
- Repassage à l'envers

Ça brille. 

Ça brille drôlement.

Voilà donc une solution pratique pour un cadeau de fin d'année original qui ravira vos enfants (qui auront leur nom et qui auront personnalisé le truc) et les enseignants (qui auront un cadeau utile et de bon goût).
Sachez aussi que si vous n'êtes pas trop branchés trousses, il y a sur le site tout un tas de produits (porte-clés,  portefeuilles,  tabliers, mallettes...), vous trouverez forcément votre bonheur.
Voilà, vous savez maintenant comment briller sans trop vous casser la tête. Et si vraiment vous voulez avoir la classe, vous pouvez toujours remplir la trousse de petits cadeaux supplémentaires avant de l'offrir : Youhou !

Si vous voulez suivre l'actualité des Griottes, vous pouvez aller aimer leur page Facebook.

Et comme vous êtes sympas, voilà des codes promo qui font baisser les prix les trousses de 2 euros : MERCI1 pour 1 trousse, MERCI2 pour 2 et MERCI3 pour 3 : Youhou !

Produit offert par la marque pour test

vendredi 13 juin 2014

Le truc

Truc©, par Violette (Masking tape, morceau de bois et feuille d'arbre.)

samedi 7 juin 2014

Le Blook de Papacube

J'ai récemment testé le service d'impression de blogs proposé par la société BlookUp .
Paf le paf vous en a parlé il y a quelques temps en vous donnant son avis de blogueur rédactionnel dans ce billet, je vais aujourd’hui vous en parler de mon point de vue de blogueur illustré.

BlookUp  vous propose donc, via un service très simple, de commander sur leur site une version imprimée de votre blog. Je peux vous dire qu'avec un tel objet, c'est frime à gogo auprès des amis. Jugez donc :


J'ai déjà eu l'occasion de faire des "livre photos" et à chaque fois c'est la galère, ça prend des heures : il faut uploader les photos, tout mettre en page, ça rame, ça plante, bref c'est l'enfer.

Là j'avais un peu peur devant le travail que demanderait de mettre tout un blog en version papier. En fait c'est super simple et rapide : il suffit de sélectionner sa plateforme et l'outil fait tout, vraiment tout. Le seul moment ou vous devrez un peu bosser si vous êtes maniaque c'est pour la couverture, vu que l'on peut faire ce que l'on veut (mais ça n'est pas obligatoire, l'outil vous propose des solutions clé en main).

Voilà donc en quelques minutes on fait les différentes étapes et le livre est près.


L'inconvénient de toute cette facilité d'utilisation, c'est évidement le manque de souplesse. Mais honnêtement c'est tellement bien fait que je ne vois pas vraiment ce que j'aurais pu faire de plus si j'avais eu la main sur la mise en page. Sachez juste qu'il faut éviter les dessins trop verticaux (bien souvent utilisés dans les blogs, justement), parce qu'une fois imprimé ça sera bien trop petit. Préférez les publications case par case.

Par exemple la page de gauche, il faut pas faire ça. C'est mal.

Voilà, on découpe ses images et on publie case par case. Ça passe NICKEL.
Le rendu est correct, c'est de l'impression laser classique.Si vous avez un blog, c'est vraiment un très chouette achat qui vous permettra d'en garder un souvenir. Pour moi ça tombe à pic, je suis ravi de savoir que mes filles auront accès à tous ces dessins même si un jour je décide d'arrêter le blog.

Youpi, une version papier de Milky Wars !

Autre option intéressant, vous pouvez proposer votre livre à la vente sur leur site et vraiment frimer à donf en racontant à qui veut bien l'entendre que "vous êtes édité". Ben oui vous avez un livre, les gens peuvent l'acheter, c'est bien ça le concept. Non ? Bon...



Voilà, bravo BlookUp  pour cet outil vraiment bien foutu, si vous êtes blogueur allez donc y faire un tour.
Comme je suis sympa, voilà un code de réduction de 15% sur l'impression de votre livre au cas ou le service vous tente : PAPACUBEBLOOK  (ça c'est du code ! :p)

mardi 3 juin 2014

La parentalité : Le podcast sur RadioNavo

L'autre jour, j'ai participé à l'enregistrement d'un podcast, sur RadioNavo. Nous étions invités, avec Nadia Daam et Titiou Lecoq par Fabrice Florent lui même invité par Navo (vous suivez ?) Le  thème de l'émission était la parentalité. Si vous voulez l'écouter, c'est par là :



Pour ceux ou celles qui ne connaîtraient pas les autres intervenants (bien que j'en doute), voilà une présentation :




Et rien que pour vous, un petit bonus (façon making of sur un dvd). Nadia était venue avec sa fille, et elle lui avait laissé sa tablette.